Accueil | Créer un blog |

Afriksenatorium

L'Afrique ne doit plus être trahie; les peuples ont soif de la vérité :et c'est à vous que je parle !

Editorial : Epouse de justice et de paix ! | 11 septembre 2014

L’église catholique du Bénin maintient toujours sa position de veille dans la cité. Depuis l’historique conférence des forces vives de la Nation de février 1990, où le feu Monseigneur Isidore De Souza a joué sa carte pour empêcher que le navire ne chavire, il est a remarqué que les prélats du Bénin n’ont de cesse de monter de temps en temps au créneau pour jouer le rôle qu’est le leur dans l’édification d’une société de justice et de paix, dans un environnement où la gouvernance n’est pas au faîte des aspirations du peuple. Qu’il vous souvienne les récentes incursions sur la scène politique du locataire du siège métropolitain de l’archidiocèse de Cotonou, son excellence, Monseigneur Antoine Ganyé, administrateur apostolique du Bénin. C’est donc pour préserver cette paix que des voix autorisées s’élèvent dans la cité pour tirer la sonnette d’alarme sur ce qui est une gouvernance qui fait prendre des vessies pour des lanternes. Pour un peuple, il faut non seulement l’eau, le pain, mais aussi la justice et la paix. J’ose croire que si le panier de la ménagère se réduit de jour en jour, c’est qu’il n’y pas suffisamment du pain, alors qu’on nous miroite tous les jours une croissance flatteuse de 6%. Pas de Pain, pas de Paix et l’Eglise catholique est dans son rôle messianique de réclamer du Pain pour tout le monde. La nonciature, expression de la délocalisation du Vatican au Bénin, valide elle-même la démarche. Le mercredi 06 août 2014 au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. S.E. Mgr Brian Udaigwe, Nonce Apostolique du Bénin et du Togo, est allé dire au président Mathurin Coffi Nago que le Bénin est un carrefour de la paix dans la région, voire dans le monde. L’éditorialiste, crois que pour cette seule raison, aucun gouvernant, qu’il soit issu de la cuisse de Jupiter ou non, ne peut et ne doit, d’aucune manière, mettre en péril, le label démocratique du Bénin. Si le Nonce  reconnait qu’il y a des erreurs, des choses qui ne marchent pas bien comme un peu partout, il fait foi et se dit  optimiste, mais il ne verse pas dans un optimisme béat, car, avoue t-il, le Bénin a encore beaucoup à donner au monde. En s’inscrivant sur la voie de l’artisan de paix, tout citoyen lambda devrait normalement promouvoir dans la cité, la charité, la justice, l’égalité, l’amour du prochain et la tolérance : des valeurs nécessaires pour la cohésion, la paix et le développement de la démocratie. Rien ne vaut la paix, les aînés ont déjà parlé. La paix est un comportement, la gouvernance aussi. Merci pour l’attention!

Par Martin Aïhonnou

Publié par tacirsus à 18:39:09 dans Parlements d'ailleurs | Commentaires (0) |

RASALEB en audience à CNLCPAL ! | 10 septembre 2014

Les membres du Rasaleb avec le pdt Dègla

Les membres du réseau d’action sur les armes légères au Bénin et ceux de l’association des journalistes béninois engagés pour la paix, la sécurité et le développement étaient en audience mercredi dernier au siège de la commission nationale contre la prolifération des armes légères et de petits calibres. Une rencontre de prise de contact avec Benoît Dègla, ancien ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et des cultes, actuellement président de la commission. Les échanges ont été focalisés sur la présentation des membres de la délégation, la présentation sommaire des actions et activités menées par Pascaline Ahouangnimon sans oublier le programme d’action pour 2014. Les difficultés actuelles des deux organisations et la réticence des partenaires financiers ont été l’autre pan des échanges. Le président Dègla très satisfait de cette démarche, a prodigué des conseils aux membres des organisations reçues en audience et a salué leur courage. Il a manifesté sa disponibilité à accompagner toutes les initiatives allant dans le sens de la protection des citoyens à travers la mise en œuvre de stratégies crédibles, capables de faire chuter sensiblement le taux relatif à la circulations incontrôlées des armes légères et petits calibres. Il a saisi cette opportunité pour entretenir les membres de la délégation sur le sens de son plaidoyer à la dernière assemblée générale des Nations Unies et portant sur la nécessité de soutenir le Bénin et les organisations de la société civile dans le financement de certaines activités. Ceci dans un contexte où les partenaires estiment que le Bénin est un pays de paix et que la priorité pour eux, c’est d’agir dans les pays où les foyers de tensions font rages. Or lesdits pays partagent une large frontière avec notre pays. D’où la nécessité d’agir pour prévenir ou anticiper pour ne pas préparer le terrain à une autre situation d’insécurité. Les braquages récurrents ont été les arguments d’un document de plaidoyer qui va naître pour soutenir cette thèse d’une   action urgente en faveur du Bénin frappé par la peur permanente  d’une invasion par les mouvements fanatiques armés.
Par Nicaise AZOMAHOU

Publié par tacirsus à 22:22:48 dans Parlements d'ailleurs | Commentaires (0) |

RASALEB - AJBEPSD: Communiqué conjoint ! | 20 août 2014

 

Association des Journalistes Béninois Engagés pour la Paix, la Sécurité et le Développement (AJBEPSD) & Réseau d’Action  sur les Armes Légères au Bénin (RASALEB)

COMMUNIQUE CONJOINT DE PRESSE

Une mission du Réseau d’Action sur les Armes Légères en Afrique de l’Ouest (RASALAO)  séjourne depuis hier au Bénin dans le cadre d’une visite de haut niveau de nature à sensibiliser les autorités béninoises, les professionnels des médias et les organisations de la société civile sur la mise en œuvre  des stratégies concernant  la ratification du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) . Une mission qui intervient dans un contexte où le bureau exécutif du RASALAO est en fin de mandat depuis 2013 sans la prise d’aucune mesure visant à organiser de nouvelle élection à l’issue d’une assemblée générale statutaire afin de mettre en place un bureau digne de confiance. Cette triste situation a fait l’objet d’une dénonciation lors de la rencontre des experts de Lomé en date du 16 mars 2014  où un accent particulier a été mis sur le silence coupable du Bénin. C’est fort de cette donne que les membres du RASALEB et le réseau presse du Bénin se sont réunis pour examiner la situation, laquelle depuis peu fait l’objet d’une attention particulière. L’occasion est donc pour l’Association des Journalistes Béninois Engagés pour la Paix, la Sécurité et le Développement ainsi que le Réseau d’Action  sur les Armes Légères au Bénin d’exprimer  à l’opinion leur position au sujet  de l’usurpation dont fait preuve Amadou Maiga concernant la coordination d’un réseau médias sous-régional  et sur  la gestion solitaire du président Baffour Amoa, tantôt responsable de RASALAO tantôt coordonnateur du comité ouest africain sur les armes légères et de petits calibres. Les deux organisations saisissent cette opportunité de la visite sans mandat  dans notre pays pour demander aux autorités béninoises de ne pas coopérer avec les membres de la délégation et demande aux partenaires techniques financiers  de sursoir à toute forme d’aide à cette équipe qui agisse en violation des textes du RASALAO et des  principes de Ghana et d’ Abidjan qui ont opté pour le renforcement des réseaux nationaux et non des points focaux réinventés par les mercenaires du moment pour alimenter des clubs d’amis au lieu d’agir sur le terrain pour repousser loin les barrières de l’insécurité, source de la circulation incontrôlée des armes légères et de petits calibres.  

En tout état de cause, l’Association des Journalistes Béninois Engagés pour la Paix, la Sécurité et le Développement et le Réseau d’Action  sur les Armes Légères au Bénin

-         dénonçons avec véhémence la gestion calamiteuse de RASALAO ou WAANSA par son président Baffour Amoa ;

-         la personnalisation de WAANSA dans les Etats membres de la CEDEAO par la nomination de points focaux pour fourvoyer les partenaires techniques financiers et la CEDEAO sur l’existence d’un réseau faitière ouest africain ;

-         rejetons la volonté de Baffour Amoa de balayer  du revers de la main tous les efforts consentis par ECOSAP et la CEDEAO pour la formation des réseaux nationaux et le renforcement de leurs capacités ;

-         dénonçons les agissements de Amadou Maiga autoproclamé président RASALAO Mali et d’un fictif réseau de journaliste d’Afrique de l’ouest ;

-         dénonçons Baffour Amoa d’annuler tous les efforts faits par les réseaux nationaux ouest africains dans la lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres pour revenir au statut quo de point focal ;

-         rejetons en bloc la mascarade de Baffour Amoa organisée à Lomé le 16 mars 2014 ;

-          réitérons notre soutien indéfectible à la CEDEAO.

-         demandons à la CEDEAO de suspendre la signature du mémorandum d’entente avec WAANSA actuellement en cours et l’appui à l’organisation d’une assemblée générale.

Fait à Cotonou, le 17 août 2014.

 

   Pour le RASALEB,                                                                                                                          

    La Présidente                                                                                                                                   

   AHOUANGNIMON Pascaline          

 

 

   Pour l’AJBEPSD,

    Le Président,                                                                                                  

   AZOMAHOU C. Nicaise

Publié par tacirsus à 18:27:51 dans Société | Commentaires (0) |

Sous-alimenté en eau de consommation : Wodji exposé à des maladies hydriques | 06 août 2014

Wodji  est un petit village, souvent inondé, situé dans la commune d’Adjohoun, une des communes phares de la vallée de l’Ouémé. Mais Wodji demeure l’une des localités à forte propension à la consommation  des eaux souillées.

Par Martin Aïhonnou

La consommation d’eau souillée est à la base de plusieurs maladies, d’où la nécessité de consommer de l’eau potable, s’avère très indispensable pour la survie de la population de la commune d’Adjohoun ; c’est pour cela que les autorités font feu de tous bois pour faciliter à la population l’accès à l’eau potable. Mais le cas de Wodji, un village localisé dans un bas-fond requiert une attention particulière. L’existence d’une ligne budgétaire relative à l’extension des Adductions d’Eau Villageoise (AEV), dans le budget communal est une preuve que les autorités communales sont conscientes du mal qui guette les populations. En 2012, Wodji a bénéficié d’un programme spécial de construction des mini châteaux dans le village de Houèdo, lesquels châteaux  alimentent les populations  de Houèdo et de  Wodji. Etant entendu que « les eaux de consommation constituent l’ensemble des eaux destinées aux différents usages des populations d’une localité en vue de sa subsistance » (Petit Larousse),  la quantité d’eau desservie par le château d’eau construit à Houèdo ne suffit pas aux différents usages de la pauvre population de Wodji. D’où leur recours permanent aux eaux de pluies, aux eaux de ruissellement et aux eaux des cours d’eau, pour compléter les mètres cubes d’eau manquants à sa consommation en eau. Selon une récente étude, la consommation d’eau dépend de son accès, de sa  proximité et de son  abondance. En Afrique au sud du Sahara, moins de 30% de la population dispose de l’eau potable. En ville, un ménage Ouest africain (environ 8 personnes) consomme en moyenne par jour : 120 litres d’eau s’il s’approvisionne chez un revendeur à domicile ; 160 litres s’il va chercher l’eau à une borne fontaine : ce qui fait la moyenne d’eau consommée par jour par un Français (100 à 150 l/j ). Dans nos communautés, le problème de l’eau revêt deux aspects : aspect quantitatif et aspect  qualitatif. Au Bénin, seulement 44% des ménages disposent de l’eau courante dans le logement ou à l’extérieur du logement ou s’approvisionnent à un robinet public. Cette situation est plus élevée en milieu urbain (66%) qu’en milieu rural (29%) (INSAE, 2006). Pour essayer de résorber le manque criard d’eau dans certains milieux exposés, le gouvernement du Dr Boni Yayi a commencé à faire des efforts à partir de 1997. C’est ainsi que la direction de l’hydraulique, à travers le Projet d’Appui au Développement du Secteur de l’Eau et de l’Assainissement en Milieu Rural (PADEAR), a fait construire quatre vingt-deux puits modernes à grand diamètre dans les départements du Zou et de l’Atlantique. La commune d’Adjohoun, par contre  dispose de 3 sources d’approvisionnement en eau potable : les forages équipés de pompes motrices, les Adductions d’Eau Villageoise et la Soneb (Société Nationale des Eaux du Bénin) qui irrigue les deux grandes villes de la commune (Adjohoun, Azowlissè). Eu égard, à la sous-alimentation en eau potable à Wodji, la population de cette localité, à l’instar de tous les autres localités exposées, courre de graves  risques d’attraper les maladies liées à l’eau. En effet, plus de cinq millions de personnes meurent chaque année de maladie liée à l’eau. Elles tuent des millions de personnes, empêchent des millions de personnes de mener une vie saine et annulent les efforts de développement. De  l’étude de  Goumbi (2007), il ressort que de nombreuses maladies liées à l’eau sont provoquées par des  virus et des bactéries.  Il conclut alors que la consommation d’eau souillée et le non respect de certaines règles d’hygiène et d’assainissement engendrent des maladies dont les  gastro-entérites, l’ulcère de burili. D’où ces facteurs entraînent les problèmes de santé publique, allant des maladies transmissibles aux maladies respiratoires chroniques. Avec les récentes inondations, la population de Wodji a été très exposée ; la grande saison des pluies apportera son lot de malheur.

C’est pourquoi, il urge de prendre des mesures idoines pour réduire la prévalence des maladies liées à l’eau à Wodji, assurer un approvisionnement en eau salubre et aménager des installations sanitaires appropriées.

 

Publié par tacirsus à 15:21:44 dans Société | Commentaires (0) |

Editorial :Le retrait de la loi ne tardera pas à venir! | 10 juillet 2014

Il n’y a point de doute que le texte de loi qui fait couler actuellement beaucoup d’encre et de salive, reste et demeure, la loi sur la suppression de grève aux magistrats, plus précisément la loi portant modification de l’article 18 de la loi N°2001-35 du 21 février 2003 portant statut de la magistrature, dont  l’initiateur  qui n’est rien d’autre que l’honorable Rachidi Gbadamassi se retrouve maintenant dans le collimateur de la justice. Une loi qui subit  beaucoup de revers au parlement du fait qu’elle constitue une pomme de discorde non seulement au parlement, mais aussi dans l’opinion publique. Suite à des retraits de signatures des députés Domingo, Malèhossou, Sado, d’autres signataires s’apprêtent à retirer leurs signatures ; ce qui réduirait le nombre des signataires à une majorité non qualifiée de 41 voix pour que la plénière ne leur donne pas l'onction. D'où les résistants verront bien leur plan échoué. Pendant que des cogitations se déroulent sur une probable étude de ladite loi, la rue gronde, avec la marche ce jour des hommes en toge. Ils organisent ce jour jeudi 10 juillet 2014 une marche de protestation contre l’assassinat des libertés et des droits acquis, reconnus dans la loi fondamentale, en passe d’être remis en cause par des législateurs soutenant les actions du gouvernement. Les magistrats ont reçu le soutien des populations, des  centrales et confédérations syndicales, des comités de luttes et des associations de droit de l’homme. A la lecture de l’actualité sociopolitique de ces trois dernières années, je puis dire que l’art de la négociation et de la persuasion ont connu une dégringolade fâcheuse dans la gestion de la cité. Pour rechercher la concorde, les gouvernants pensent  museler les libertés et enchaîner les droits d’une frange de citoyens comme se fut le cas chez les fonctionnaires de la douane et des autres corps para-militaires; les citoyens, pour peu qu’ils soient des travailleurs astreints à un maigre salaire et à des conditions de vie misérable, veulent exercer à fonds leurs droits à eux reconnus par le Constituant béninois : peut-on alors quelque chose contre cet état de chose sinon en  appeler à la conscience républicaine de toutes les composantes de la nation. Un gouvernement n’est jamais assez fort, s’il ne reconnaît sa faiblesse. J’ose croire que dans cette perspective, le gouvernement et l’initiateur, de la loi sur la suppression de grèves aux magistrats, ainsi que leurs mentors, se rendront à l’évidence qu’une loi qui soulève les foules ne mérite plus que son retrait pur et simple du circuit législatif. Il est à retenir que « L’homme veut la concorde, mais la nature sait mieux que lui ce qui est bon pour son espèce, elle veut la discorde ». Pensée philosophique à méditer ! Bonne réflexion !

Par Martin Aïhonnou

Publié par tacirsus à 23:12:29 dans Parlements d'ailleurs | Commentaires (0) |

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... 69 | 70 | >>