• UNE DEMANDE D'INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES VIENT D'ETRE FOURNIE AU PRESIDENT DE LA HAAC


    Le projet d'installation d'une radio émetteur à l'Assemblée Nationale a fait l'objet d'une correspondance entre le Président de l'Assemblée M. Antoine Kolawolé Idji et le Président de la HAAC. En réponse à la correspondance V/ L no 280-06/ HAAC/ PT/ SG/ SGA/ SA, le 2ème vice-Président de l'Assemblée Nationale M. Eustache Akpovi a donné réponse à la recherche d'informations complémentaires sur le projet, du Président de la HAAC dans un courrier daté et signé par le 2ème vice-Président en lieu et place du Président de l'Assemblée Nationale. Dans la correspondance qui porte pour objet création d'une station radio à l'Assemblée Nationale, le Président de l'Assemblée signifie que « la radio du Parlement est conçue pour donner plus de visibilité et de lisibilité aux actions de la Représentation nationale ». Ainsi le programme des émissions de la Radio de l'hémicycle va consister à la couverture des comptes rendus des débats parlementaires, à la diffusion des journaux parlés, des flashs d'informations, des pages magazine et d'interview, au relais des interpellations du gouvernement, de la lutte des femmes parlementaires et des prises de position du Parlement sur des questions d'intérêt national ou international.
    Chose curieuse, ladite station radio qui se veut être un organe de Presse du secteur public sera dans le même temps autonome et placé sous la tutelle du Président de l'Assemblée Nationale qui se chargera de nommer le directeur, le chef service technique, le chef service information, le chef programme et autres. D'autres questions qui taraudent les esprits sont celles relatives aux ressources complémentaires entrant en ligne de compte pour le fonctionnement de la station. Selon les allégations du Président de l'Assemblée Nationale, ces ressources peuvent provenir des subventions, dons et legs, quant aux objectifs de la radio, ils pourront être réalisés aussi bien avec les Institutions publiques, privées nationales et internationales ainsi qu'avec des personnalités.
    De toutes ces considérations, il ressort que les autorités de l'Assemblée Nationale semblent ignorer les règles qui régissent les organes de Presse public en République du Bénin. Dans ce cas la HAAC, qui a le pouvoir de veiller sur l'utilisation équitable et appropriée de l'espace de diffusion et des bandes de fréquences couvrant le territoire national, n'acceptera pas que la radio de l'hémicycle soit utilisée à des fins de vastes propagandes. Aussi devra t-il se soumettre le Président de l'Assemblée Nationale en concédant à la HAAC de procéder par appel à candidature au poste du directeur de la radio comme cela est en train d'être fait actuellement dans les locaux de la HAAC pour tous les organes de Presse public. Par ailleurs, le Président de l'Assemblée Nationale en plaçant sous sa tutelle présidentielle la radio, devra t-il accepter en tant que premier responsable de la radio d'être poursuivi par les tribunaux en cas de délit de Presse dûment constaté ou de comparaître devant la HAAC oubien d'être condamné par l'ODEM (Observatoire de la Déontologie et d'Ethique dans les Médias) en cas de dérive professionnelle des journalistes. Si tous ces préalables ne sont pas pris en compte et si la radio de l'hémicycle n'est pas soumise au contrôle de la HAAC conformément aux dispositions de la loi organique no 92-021 du 21 août 1992, nous parions que ce projet de création d'une station radio à l'Assemblée Nationale a encore de beaux jours devant lui bien qu'étant déjà vieux de plusieurs années.
    Martin Aïhonnou

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique