• ODEM CONDAMNE DEUX JOURNALISTES ( lire les décisions)

    DECISION N° 003/06/ODEM4



    Par courrier n°1149/MMEE/DC/SG/CTG/CC/BOP/SA du 05 septembre 2006, Madame Ayichatou Been Fafoumi, Directrice de Cabinet du Ministre des Mines, de l'Energie et de l'Eau a saisi l'Observatoire de la Déontologie et de l'Ethique dans les Médias, d'une plainte contre le quotidien «Le Béninois libéré».


    Les Faits


    Sous la plume du journaliste Marc Antoine, le quotidien « Le Béninois libéré » dans sa parution n°136 du jeudi 10 août 2006 a titré en deuxième «Une» : « Une raffinerie pour le Bénin par Day International Associates Inc : Qui continuent de bloquer le projet ? (Certaines autorités conditionnent l'agrément à la société à leur entrée dans son capital) ».


    Dans le chapeau de l'article, il est écrit que « la solution à la pénurie chronique de carburant est à la portée des Béninois, si quelques cadres mal intentionnés ne bloquent pas encore le dossier. Une société américaine Day International Associates Inc a, en effet accepté depuis le régime Kérékou, d'installer une raffinerie de pétrole dans notre pays. Mais jusqu'à ce jour et en dépit du changement prôné, le ministre des mines semble embrouiller le représentant de ladite société ». Plus loin dans le même article il est écrit : « ...L'espoir du changement n'a duré que le temps d'un feu de paille. Le même dossier d'implantation de raffinerie repris en main de maître par le sieur Oumar Diallo, semble s'étouffer au ministère des Mines » puis l'auteur de l'article ajoute : « Mais aussi curieux que cela puisse paraître, l'actuel ministre des mines renvoie le dossier à son directeur de cabinet. Or celui là a servi sous l'ancien ministre  et l'on dit qu'il n'a pas été innocent dans les difficultés de la firme Day International Associates Inc ».


    Madame Ayichatou Been Fafoumi s'insurge contre ces propos qu'elle juge graves. Par la même occasion, elle affirme qu' « aucun dossier ne se trouve bloqué au niveau de son ministère à cause des prétendues demandes d'entrée dans le capital d'une quelconque société par des cadres de son administration ». En application de son règlement intérieur, l'Odem, a adressé au Directeur de Publication du quotidien « Le Béninois libéré » la plainte en question, aux fins d'obtenir une réponse et toutes autres preuves pouvant établir le bien fondé des affirmations contenues dans l'article incriminé. Malheureusement, l'Observatoire n'a reçu aucune réponse de la part du quotidien « Le Béninois libéré ».


    Appréciation


    Après examen de la plainte du Ministre des Mines, de l'Energie et de l'Eau et malgré le silence du Directeur de Publication du « Béninois libéré », l'Odem reçoit cette plainte conformément à l'article 4 de ses statuts.


    Constate que l'article a été écrit sans aucune précaution, ce qui explique l'amalgame fait à propos des régimes Kérékou et Boni Yayi.


    La déduction faite au sujet du Directeur de cabinet en est une preuve.


    Par ces motifs, l'Odem :


    condamne le journaliste Marc Antoine et le quotidien « Le Béninois libéré » pour violation des dispositions ci-après du code de déontologie et de la presse.


    Article 6 : « Le journaliste s'interdit le plagiat, la calomnie, la diffamation, l'injure et les accusations sans fondement ».


    Article 11 : « Le journaliste s'interdit les titres sensationnels, sans commune mesure avec le contenu des publications ».


    Article 19 a1inéa 2 : « Le journaliste n'aborde ses sujets qu'après avoir fait un minimum d'effort de recherches ou enquêtes ».


    Article 2 alinéa 2 : « Le journaliste publie uniquement les informations dont l'origine, la véracité et l'exactitude sont établies.


    Le moindre doute l'oblige à s'abstenir ou à émettre les réserves nécessaires dans les formes professionnelles requises ».


    Article 20 alinéa 2 :  « Le journaliste accepte la juridiction de ses pairs, ainsi que les décisions issues des délibérations des instances ci-dessus mentionnées ». 

     

                                                                                 Fait à Cotonou, le 25 Octobre


    Pour l'Odem, le Président


    Michel O. TCHANOU





     ===========================================================




    DECISION N° 04/06/ODEM 4



    Par lettre en date du 14 février 2006, la Cellule de Communication du Président Adrien Houngbédji a saisi l'Observatoire de la déontologie et de l'éthique dans les médias d'une plainte contre le journal « L'Option Hebdo ».



    LES FAITS



    Dans sa lettre du 14 février 2006, la Cellule de communication du Président Adrien Houngbédji rappelle une précédente plainte déposée auprès de l'Odem pour « dénoncer le caractère injurieux et porteur d'accusation graves et gratuites des articles publiés par le journal ‘'L'Option Hebdo'' qui, dans presque toutes ses parutions, n'a manqué de s'attaquer violemment à la personne et à la vie privée du Président Adrien Houngbédji, foulant impunément aux pieds les règles qui gouvernent la profession de journaliste ».


    Dans ce courrier objet de la présente plainte, la Cellule de communication revient, une fois encore, porter plainte contre le même journal pour sa publication N° 026 du vendredi 10 février 2006. Dans cette édition, il est affiché en manchette : « Sexe et mœurs : Adrien Houngbédji recherché au Gabon (Pour avoir couché avec une femme de Bongo) ».


    En page 2 de ladite parution, l'auteur de l'article Ruben D. écrit : « Dans une de nos précédentes parutions, nous faisions état du triste exploit d'un de ces présidentiables, Me Adrien Houngbédji, de détruire la vie d'une de nos citoyennes sacrée Miss qu'il a réduit en esclavage après l'avoir engrossée. Beaucoup de Béninois écœurés et dépités nous ont demandé une réédition du journal. Ce que naturellement nous n'avons pas voulu faire. Notre objectif premier n'est pas de détruire, mais de servir l'information crédible. Et parlant d'information crédible, il y a celle qui agite les chancelleries et tous les milieux diplomatiques depuis quelques jours à propos d'une brouille profonde entre Adrien Houngbédji et son ancien ami Bongo. Ancien ami parce qu'aujourd'hui, une histoire de femme les divise. Au cœur du scandale une des maîtresses de Bongo que le leader du PRD s'est tapée contre le cours des relations privilégiées qu'il était sensé entretenir avec le Gabonais. Quel crédit accorder à un candidat qui n'a aucun respect pour la parole donnée, et qui de ce fait, peut poignarder aussi froidement dans le dos ceux qui lui font confiance ? Il l'a d'ailleurs dit lui-même : « Les promesses (politiques) n'engagent que ceux qui y croient ». Il semble qu'il descend la théorie en dessous de la ceinture ».


    Pour renforcer sa plainte, la Cellule de communication jointe, en annexe, d'autres articles « aux propos mensongers, infamants et injurieux » comme preuves « de l'acharnement » de « L'Option Hebdo » contre le président Adrien Houngbédji.



    Il s'agit, par exemple, de titre tel que : « Présidentielle 2006 : Adrien Houngbédji a perdu les élections (Les cinq (05) éléments qui ne trompent pas) » publié dans l'édition N° 027 du lundi 13 février 2006. Il s'agit également de la parution N° 028 du mardi 14 février 2006 avec en manchette : « Houngbédji-Bongo : La cassure ! », tous signés par Ruben D. ou R. D.. Sans oublier : Arrestation de Jean-Claude Apithy : Encore un montage grotesque de Houngbédji », publié dans la même édition et signé par Ezéchiel Johnson.


    En application de ses textes, l'Odem a adressé une correspondance au directeur de publication du journal ‘'L'Option Hebdo'' lui demandant de fournir une réponse pouvant aider à apprécier la plainte. Mais le courrier est resté sans suite.


    APPRECIATION



    Après avoir étudié la plainte et les documents annexés, en l'absence de la réponse du directeur de publication de ‘'L'Option Hebdo'',


    L'Odem :


    Reçoit la plainte de la Cellule de communication agissant au nom du Président Adrien Houngbédji ;


    constate que les informations ont été publiées en violation des dispositions ci-après du Code de déontologie de la presse béninoise :


    Article 2 alinéa 1 : « Le journaliste publie uniquement les informations dont l'origine, la véracité et l'exactitude sont établies» ;


    Article 4 : « Le journaliste respecte les droits de l'individu à la vie privée et à la dignité. La publication des informations qui touchent à la vie privée d'individu ne peut être justifiée que par l'intérêt public »,


    Article 6 : « Le journaliste s'interdit le plagiat, la calomnie, la diffamation, l'injure et les accusations sans fondement »,


    Article11 : « Le journaliste s'interdit les titres sensationnels sans commune mesure avec le contenu des publications » ;


    Article 20 alinéa 2 :  « Le journaliste accepte la juridiction de ses pairs, ainsi que les décisions issues des délibérations des instances ci-dessus mentionnées ».


    En conséquence, l'ODEM :


    condamne fermement les journalistes Ruben D. et Ezéchiel Johnson, le directeur de publication et le journal ‘'L'Option Hebdo'' pour le manque de rigueur professionnelle qui a caractérisé la publication des articles incriminés ;


    profite de l'occasion pour rappeler aux professionnels des médias qu'en s'abstenant de réagir aux plaintes, ils empêchent la manifestation de la vérité. Ce qui est incompatible avec l'exercice de la profession de journaliste.



    Fait à Cotonou, le 25 octobre 2006


     


    Pour l'ODEM, le Président




      Michel O. TCHANOU



     




     




     




     




     










     


              4 journalistes arrêtés puis relâchés! | 21 septembre 2006







     La Police a interpellé en fin de semaine dernière 3 journalistes accusés de diffamation à l'endroit du  Chef de l'Etat dans les colonnes de leur journal. Les 3 journalistes, tous de la même rédaction ont passé plus de 24 h dans les locaux de la Police; mais ils ont finalement été relâchés. Un autre a été interpellé dans les mêmes conditions mais a été aussitôt relâché. Indignés, les membres de l'Observatoire de la Déontologie et d'Ethique dans les Médias se sont réunis hier pour non seulement déplorer la situation mais pour aussi mettre en garde les professionnels des médias contre certaines dérives. Lire leur communiqué.




                          Communiqué de l'ODEM






     






    Les membres de l'Observatoire de la Déontologie et de l'Ethique dans les médias (ODEM) se sont réunis en plénière le mercredi 20 septembre 2006 au siège de l'instance d'autorégulation à Akpakpa Cotonou.



    Le seul point inscrit à l'ordre du jour est relatif à l'arrestation de trois (03) journalistes du quotidien "La Diaspora de Sabbat" et du Directeur de Publication de "Djakpata".



    Tout en déplorant ces faits, l'ODEM porte à la connaissance de tous les professionnels des médias du Bénin, toutes catégories confondues, que le Code de Déontologie et de l'Ethique dans les médias doit demeurer notre bréviaire.



    C'est pourquoi l'ODEM rappelle aux autorités béninoises, à toutes les institutions publiques et privées, nationales qu'étrangères, qu'il représente un organe d'autorégulation librement institué par les professionnels des médias du Bénin et qu'il entend jouer pleinement ce rôle.


    L'ODEM exhorte donc tous ceux qui se sentiront désormais diffamés ou offensés dans leur vie publique ou privée à bien vouloir le saisir pour un règlement beaucoup plus professionnel que judiciaire.




                                                                Fait à Cotonou, le 20 Septembre 2006


                                                                                 Président.


                                                                        Michel O. TCHANOU



     




     






     




     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :