• Nouveau cadre juridique sur la protection du patrimoine culturel !

    LE PARLEMENT BENINOIS PREND L'ACTE

    Le 17 août 2007 le Parlement béninois a voté le projet de loi portant protection du patrimoine culturel et du patrimoine naturel à caractère en République du Bénin. Cette nouvelle loi qui sera transmis au Gouvernement dans les prochaines 48 heures comprend 104 art et représente un nouvel instrument juridique pour mieux préserver et valoriser le patrimoine culturel national et immatériel et le prémunir contre les convoitises mercantiles. Cette nouvelle loi fait rupture avec l'ordonnance no 35/PR/MENJS du 1er juin 1968 qui a toujours servi de cadre juridique. A en croire le gouvernement cette ordonnance ne protège pas efficacement le patrimoine culturel immatériel à léguer aux générations futures. Pour mieux sécuriser le secteur une gestion participative du patrimoine en collaboration avec les élus locaux, les représentants  des familles royales, des associations de développement et les techniciens spécialisés du Musée est un atout de cette nouvelle loi.Parmi les 4 principaux sites archéologiques au Bénin à savoir: les sites arhéologiques d'Agongointo ( Bohicon), de Sahè ( à Savi), de Ouèssè ( non encore exploité), de Datawori ( à Atacora), seul le site d'Agongointo fait l'objet de fouille de la part du ministère en charge de la culture en collaboration avec les chercheurs des Universités de Calavi ( au Bénin) et de Copenhague (au Danemark). Six grands musées sont en pôle position dans cette loi à savoir: musée historique d'Abomey ( Palais royal), de Ouidah ( Fort portuguais), de Honmè (Palais royal), de Danri de Nikki (Palais), musée régional de Natitingou et le musée ethnographique Alexendre Sènou Adandé ( Porto-Novo). Le secteur de l'industrie culturel est encore embriyonnaire au Bénin. Selon le principe désormais sacro-saint prôné par l'UNESCO,"aucune culture ne peut plus vivre en autarcie", c'est pour souscrire à ce principe que le Bénin a ratifié le protocole de la diversité culturelle qui le contraint à vivre désormais en synergie avec les autres cultures. Si telle est que la cuture est le parent pauvre dans les pays oû la politique domine la vie quotidienne, nous pouvons reconnaître que les parlementaires béninois viennent de poser un acte important en votant cette loi. Vivement que la cuture retrouve ses lettres de noblesses. Par Martin A.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :