• Bénin/ Une session extraordinaire houleuse demain

    Par M.A Les parlementaires béninois se retrouvent derechef demain au Palais des gouverneurs à porto-Novo pour procéder à l'ouverture de la 2è session extraordinaire; à cet effet, ils tenteront de statuer sur un vieux contentieux qui les lit à la Cour Constitutionnelle. Pour ce faire une nouvelle clé de répartition est proposée par la commission des lois, dirigée par Me Aholou Kêkê qui a déféré à la décision DCC 09-015,de la Cour Constitutionnelle, incriminant le mode de désignation des représentants de l’Assemblée Nationale, adopté par les députés. C’est donc un secret de polichinelle que cette nouvelle clé de répartition va fait encore des mécontents ce jour. Des députés issus des groupes parlementaires G13, Prd-Prs qui avaient pris le départ pour aller siéger en qualité de juges à la Haute Cour de Justice, devront prendre leur mal en patience et remettre leur sort dans la main de la plénière qui votera ou non la nouvelle clé de répartition.Il est cependant évident que des débats houleux et des récriminations contre la Cour Constitutionnelle, qui a invalidé les deux actes législatifs des députés concernant les Parlements régionaux et la Haute Cour de Justice, sont attendus à l’hémicycle demain. C’est aussi de dire que la nuit sera longue comme par le passé, tant le consensus dans de pareils cas est difficile a trouvé. L’ouverture de la deuxième session extraordinaire  connaîtra ce jour son premier dossier sulfureux qui fait couler depuis lors la sueur et la salive aux représentants du peuple. Il s’avère que chacun doit savoir raison garder pour le fonctionnement normal des Instituions de la République soit le mot d’ordre de chacun. Rappelons qu’une question de majorité/minorité a fait objet d’interprétation par la Haute juridiction en matière constitutionnelle, induisant deux décisions d’invalidation. Par ailleurs le Bénin brille par son absence dans les Parlements régionaux depuis un bon moment et la Haute Cour de Justice est dans un vide juridique depuis plus de deux ans, mettant en mal le fonctionnement normal des Institutions.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :