• Bénin/ Un député transhumant défend le chef de l'Etat interpellé et son ministre

    Par Germinal Le député Rachidi Gbadamassi qui s'est transféré à la mouvance, passant  du farouche opposant d'hier au défenseur ardent du régime a tenu un point de presse d’urgence ce jour au Palais des gouverneurs pour aborder les dossiers brûlants de l’actualité, notamment la  question de l’interpellation du chef de l’Etat sur un détournement de 50 milliards suite à une mauvaise gestion reprochée au ministre Nicaise Fagnon, alors qu’il était directeur général de la Sonapra. Le conférencier a d’abord dénoncé un acharnement politique sur les personnes du chef de l’Etat et du ministre Fagnon, car estime t-il, il détient le rapport de contre-expertise qui ne mentionne nulle part une mauvaise gouvernance du ministre incriminé et du chef de l’Etat. Il  détient des dossiers contre certains signataires de l’interpellation, qui ont géré le pays et qui se retrouvent aujourd’hui à l’Assemblée Nationale, a-t-il dit; il ajoute que parmi les signataires de l’interpellation ( la 2è ), il y en a qui doivent 3 à  4 milliards à la Sonapra ( une société d'Etat);  donc pour lui ces derniers devaient se taire au lieu d’interpeller le chef de l’Etat qui n’est comptable de rien. Il a par ailleurs admiré la  grande expérience accumulée par les présidents Adrien Houngbédji et Bruno Amoussou, dans la conduite des hommes et des dossiers de l’Etat, car a-t-il dit, ils ne sont pas des moindres dans la gestion des affaires publiques dans le pays. A l’en croire certaines personnalités n’ont aujourd’hui aucune leçon de bonne gouvernance à donner. D’un rapport du commissariat au compte, brandi au journaliste, le conférencier explique  que toutes les malversations énumérées étaient commises 10 ans avant la gestion de Fagnon plus précisément 10 ans avant l’arrivée de Yayi Boni, ; raison pour laquelle il absout le ministre Fagnon et le chef de l’Etat, qui, dit-il, ne saurait répondre directement des actes d’un Directeur général de société étant donné que Nicaise Fagnon, directeur général de la Sonapra était sous la tutelle du ministre de l’agriculture ( cf le principe de la hiéarchisation art 54 de la Constitution). Pour finir il  menace de brandir des preuves contre les auteurs de l’interpellation  s’ils continuent d’interpeller le chef de l’Etat, en ne respectant pas les textes.

     

     

                                                                       Brève:

    Le député G13 Mamoudou W.B Zoumarou a adressé hier  au commandant militaire de l’Assemblée Nationale une correspondance au  fin de le relancer sur sa demande d’avoir un deuxième garde du corps suite à sa lettre du 06 juillet dernier. Au cas où  son vœu ne sera pas exhaussé le député rend responsable le commandant militaire des déconvenues éventuelles dont il  sera objet. Il écrit dans la correspondance qu’il prend à témoin la Représentation nationale et le peuple béninois. En effet, l’honorable Zoumarou déclare qu’il n’existe pas de jour où les menaces ne s’abattent plus sévèrement sur sa personne. Pour cette raison il demande que les dispositions soient prises pour renforcer sa sécurité. Mais depuis lors le commandant militaire fait la sourde oreille, arguant que si un garde du corps est bien formé il peut faire face aux éventuels agresseurs. Balayant du revers de la main cet argument, l’honorable Zoumarou demande au commandant si c’est en raison de leur formation que certains agents de sécurité  sont groupés par trois ou cinq au service d’une seule autorité comme c’est le cas de certains députés qui ont rejoint la mouvance. Il taxe le commandant de traiter de façon discriminatoire les députés selon leur position politique. Pour finir il rappelle au commandant que l’armée est neutre et républicaine et qu’en étant le commandant militaire de l’Assemblée, il n’est pas au service d’un homme ou d’un système mais au service de toute l’Institution.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :