• Bénin/ Deux ministres du gouvernement devant une commission d'enquête parlementaire

    Par Martin Aïhonnou  La commission d'enquête parlementaire de vérification de la gestion des fonds destinés au programme de micro crédit aux plus pauvres va auditionner demain l'ex-ministre des micro crédits, Alpha orou sidi et Rékya Madougou, l'actuelle ministre en charge du même portefeuille. Les deux ministres de la République seront appelés à éclairer la lanterne des membres de la commission sur la gestion des fonds de micro crédits, le mode d'attribution et le montant réel alloué à cette fin. La question sur laquelle les deux ministres auront du mal à convaincre les membres de la commission reste l'utilisation qui est faite des fonds consacrés au projet de micro crédits, surtout que des personnes avisées déclarent que ces fonds dits de micro crédits ont servi a fait la campagne des communales dernières. On se rappelle la descente précipitée du député PRD Ismaël Tidjani Serpos de son fief électoral comprenant Allada pour le Palais des gouverneurs, lors des campagnes des communales, pour tenir un point de presse, dans le but de dénoncer la distribution d'argent dans les maisons, à des heures indues. La ministre Madougou qui vient de prendre ce département en mains, n'aura peut-être pas grand-chose à dire sur les faits reprochés à l'ex-ministre ; toujours est-il qu'elle aura sa part de vérité à donner, en ce qui concerne l'état des lieux avant sa prise de fonction. C'est donc lâ un exercice ardu auquel les deux ministres vont se soumettre dans la matinée de demain. Rappelons dans la foulée que le ministre des finances Soulé Mana Lawani a été écouté ce jour par ladite commission.

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Janvier 2010 à 19:31
    corruption
    slt a toute Est il possible de lutter contre la corruption au benin?.
    2
    tacirsus Profil de tacirsus
    Jeudi 4 Février 2010 à 20:45
    Réponse à Adam
    Merci Adam de passer sur notre espace.Par rapport à votre question nous pouvons dire qu'il est possible de lutter contre la corruption au Bénin; la volonté affichée par le chef de l'Etat béninois à sa prise de pouvoir en avril 2006 en dit long et les premiers actes posés à l'endroit des présumés coupables de certains nombre d'actes de corruption sont éloquents; malheureusement la politique a annhilé cette volonté à partir de 2008 jusqu'à 2009 où il a été constaté qu'il est resté flègme inactif face à certains dossiers de corruption révélés dans son entourage ( cf affaire CEN-SAD); même le président de l'Observatoire de Lutte contre la Corruption, Jean-Baptiste Elias a affirmé récemment à la télévision que sur 23 dossiers de corruptions transmis au gouvernement et présentés en conseil des ministres, aucun n'a connu un traitement satisfaisant. Voilà la réponse que nous pouvons donner à votre questionnement. A bientôt!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :